mardi 9 janvier 2018

Angoisse, moi jamais (3/6)

Hello à tous,
 
Après ma précédente lettre sur ce thème ayant pour sujet le sport, je continue ma série en vous parlant de l'écriture.
 
Parfois, nommer les choses, nous obliger à écrire ce qui nous passe par la tête, ce qui nous dérange, sans contrainte, sans censure, permet de mieux comprendre ce qu'il se passe à l'intérieur de nous.
Une écriture relâchée, vraiment libre et sans jugement est bénéfique pour plusieurs raisons :
 
- tout d'abord cela nous permet d'identifier ce qui nous dérange. Même si on ne sait pas exactement de quoi il retourne, le simple fait de se poser la question permet d'avancer. Cela peut être quelque chose du genre: " je ne sais pas pourquoi je n'arrive plus à dormir depuis trois jours pourtant tout va bien: mon conjoint..., au travail..., la santé..., la famille..., les amis..."
Au fur et à mesure des développements sur chacune des composantes de notre vie, il est possible que l'on découvre que même si en général tout va bien, il existe deux ou trois petites choses qui nous dérangent et c'est peut-être ces dernières qui nous empêchent de dormir.
 
- l'écriture peut  également  permettre  d'exorciser  nos craintes, lorsque nous les connaissons déjà. Par exemple, nous pouvons écrire "je suis angoissé par ce projet au travail car je ne suis pas sûr de le finir à temps.". Le fait d'écrire le problème, de le nommer, de l'identifier et de lister la liste des situations/conséquences qui peuvent découler de la chose qui nous angoisse permet de dédramatiser, d'évacuer ce profond sentiment de malaise et de se dire : "OK, ce n'est pas parfait mais ce n'est pas si grave après tout."

L'écriture permet la mise en perspective des choses. Le fait de coucher sur le papier les éléments qui nous angoissent permet de réduire leur présence dans notre esprit.

 
Idéalement, il faudrait procéder à une phase d'écriture quotidienne. Parfois, cela ne prend pas plus de deux minutes montre en main mais cela permet de désamorcer des crises d'angoisse. La règle d'or est la non censure! Si vous censurez votre esprit, il ne pourra pas se débarrasser de ce qui le gène. Et les pensées négatives sont d'une grande toxicité. Personne ne laisserait un produit toxique circuler librement dans son corps s'il a la possibilité de l'arrêter, c'est exactement la même chose pour l'esprit.

Allez-y, écrivez ! Tout ce que vous voulez, tout ce que vous pensez. Ne cherchez pas à construire un raisonnement, bien au contraire ! Laissez votre esprit et votre main aller librement et vous verrez que vous commencerez à comprendre, à VOUS comprendre et de fait, à aller bien!

Cela peut paraître bizarre au début, mais comme le sport, il suffit d'essayer, de vraiment tenter, pour en voir les bienfaits.Si vous débutez, peut-être sera d'abord plus simple de commencer par une session d'écriture par semaine. En effet, souvent on se demande quoi écrire, que dire que je n'ai pas déjà dit hier? Avec l'habitude, cela vient automatiquement. Notre esprit est riche et nos idées fourmillent, il y a toujours quelque chose à dire de nouveau.

 
Dans chaque lettre, un terme reviendra toujours : discipline ! Il faut prendre le temps et se forcer même quand l'envie n'est pas là : faire du sport, écrire librement, ...pour soulager le corps et l'esprit.

 
 
Et vous, écrivez-vous de façon régulière ? En ressentez-vous les bienfaits ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire