mercredi 13 décembre 2017

Angoisse, moi jamais (2/6)

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je reprends mes lettres consacrées à la prévention des crises d'angoisse. Un des moyens que j'utilise est le sport. 

La question qui peut venir est "comment le sport peut-il aider à gérer les crises d'angoisse ?". Si vous avez des soucis, bien  évidemment, ils ne disparaîtront pas après une séance de waterpolo mais elle vous permettra de ne plus vous sentir acculé. 
Comment? Les endorphines, pardi! Il s'agit d'une substance créée par le corps lors d'une activité physique procurant une sensation de bien-être. Ainsi, plus relâché, il est plus simple de prendre du recul sur les aléas de la vie.

Me concernant, avant de m'y mettre, rien que le mot "sport" me faisait peur. Je n'ai jamais été une personne sportive et je pensais tout simplement que le sport n'était pas pour moi. À l'école, je n'arrivais jamais à rattrapé les balles qu'on me lançait, ni à viser correctement, j'étais toujours la dernière sélectionnée lorsqu'il fallait former les groupes. Bref, autant vous dire que je n'avais jamais vraiment pensé à m'y mettre.
Un jour pourtant, j'ai eu envie d'essayer. Me connaissant et n'ayant pas envie de dépenser des fortunes pour une lubie qui risquait d'être passagère, je me suis dit j'allais tout bonnement me mettre à courir.

Très important lorsqu'on désire se mettre au sport ou à une quelconque activité : N'ATTENDRE PERSONNE ! En effet, l'envie m'était déjà venue auparavant mais j'attendais toujours qu'untel vienne avec moi. Parfois dans la vie, il faut savoir se faire violence. Commencer une activité seul? Et alors ? Où est le problème ?

Pour moi, le choix a été la course à pied mais il revient à chacun de réfléchir à ce qui lui convient : foot, boxe, vélo, natation, pilates, la liste des possibilités est immense et il ne faut pas laisser les méchantes petites voix nous dire que tel ou tel sport n'est pas pour nous.
Pour s'améliorer, il faut tout simplement commencer par débuter, oser, le premier pas est souvent le plus dire (j'ai même fait de la boxe thaï !). Bien évidemment, on ne devient pas champion en une nuit et il ne fait pas se laisser envahir par des comparaisons stériles. La seule personne avec qui vous avez le droit de vous comparer est vous-même, pour suivre vos progressions (et encore, à niveau de santé égal : ne pas se comparer à la suite d'une opération chirurgicale à ce qu'on pouvait faire au top de notre forme).

D'ailleurs, pour choisir un sport, il faut tenir compte de sa santé physique : une personne ayant des problèmes de genoux évitera les sports à impact, etc. En cas de doute, allez voir un médecin qui vous fera un bilan. Ce serait vraiment dommage et contre productif de se blesser en essayant de se sentir mieux.
Quel que soit l'âge, le poids, le niveau de forme, la liste des sports existants est tellement bilingue que vous en trouverez certainement un qui vous correspond.

Une fois le sport trouvé, il l faut s'astreindre à un rythme. Faire 20 minutes de vélo par mois est certes mieux que rien mais sera insuffisant pour en ressentir les bienfaits. Trente minutes par semaine a été pour moi le minimum nécessaire mais je me sens vraiment mieux quand je pratique trois fois par semaine.
Le goût du sport vient en pratiquant : au début, il peut paraître impossible d'effectuer une séance hebdomadaire mais plus le temps passe, plus il semble impossible de ne pas la faire.

Voilà, c'était mon premier conseil pour vivre sans angoisse. Faites-vius du sport ? Avez-vous l'intention de vous y mettre ?
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire