mercredi 6 décembre 2017

Angoisse, moi jamais (1/6)

Bonjour,
 
Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler des façons dont j'ai appris à gérer mes crises d'angoisse mais au vu de la longueur du texte, je vais le faire en six  lettres. Voici la première, qui fait office d'introduction aux cinq suivantes qui entreront dans le vif du sujet.
 
Ce n'est un secret pour personne, les Français sont de grands consommateurs d'antidépresseurs. J'ai lu dans une étude que nous consommons quotidiennement 50 cachets pour 1000 habitants. Énorme! Souvent, cela est lié à des crises d'angoisse, fortes, oppressantes, étouffantes.
 
Je ne suis pas médecin et ne souhaite pas les remplacer. Je souhaite simplement vous parler de mon expérience, de la façon dont je me suis débarrassée de cette angoisse qui me gâchait la vie. Je l'ai fait petit à petit, par des moyens naturels et simples, non coûteux et très efficace.
 
Depuis mon enfance, je suis sujette à des crises d'angoisse. Elles me prenaient d'un coup, de façon inexpliquée et j'avais l'impression de ne plus rien pouvoir contrôler. Une fois qu'une crise arrive, il faut du temps pour l'apaiser. Il est préférable de la PRÉVENIR. Comment ? De diverses manières qui ont toutes un point commun: prendre du temps pour soi. Je vous entends déjà : " Mais ce n'est pas possible, je n'ai pas de temps car:
- mon travail/mes études sont trop prenants;
- je dois m'occuper de ma famille ;
- je dois entretenir la maison;
- etc.
 
Alors soyons clairs dès le départ, pour pouvoir sortir de ses angoisses, il faut que ce but devienne une priorité et S'ORGANISER :
- se lever plus tôt ;
- prendre une pause déjeuner plus courte;
- accepter de reporter au jour suivant certaines tâches.

Bref, nous avons tous 24h dans une journée et je suis certaine qu'avec un peu de réflexion et d'optimisation vous serez capables de dégager du temps.
 
Prendre du temps pour soi, se concentrer sur son bien-être ne nous rend pas des êtres égoïstes. Bien au contraire, cela nous permet d'être mieux dans notre peau et de fait, de mieux faire ce que nous aimons et de mieux vivre notre relation avec les autres. L'important n'est pas le temps que nous passons à faire quelque chose mais la qualité de ce temps ( si vous avez des enfants, ils préféreront vous voir moins mais calme, détendue à plus longtemps mais angoissée !).
 
Vous êtes prêts ? Motivés ? Allons-y !
 
Hâte de vous présenter ma prochaine lettre avec la première partie de mes conseils!
 
Et vous, êtes-vous fréquemment sujets aux crises d'angoisse ?
 
Un peu de verdure pour se détendre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire