jeudi 22 février 2018

Angoisse, moi jamais (6/6)

Bonjour, Bonjour,

C'est avec grand plaisir que je vous retrouve pour cette dernière lettre sur le sujet de la gestion de l'angoisse et du stress. Aujourd'hui, je vais vous parler d'hygiène de vie.

Le corps et l'esprit sont liés. Avoir une bonne hygiène de vie est essentiel pour se sentir bien dans sa tête. Avec la pratique du sport, que nous avons évoqué ici, notre hygiène de vie s'améliore mais cela reste insuffisant. 

L'alimentation rentre également en ligne de compte. N'étant ni nutritionniste ni diététicienne, je n'ai pas de "programme" à proposer à proprement parler. A mon sens, le plus simple est d'écouter son corps. Avez-vous déjà remarqué quelles étaient les sensations de votre corps après un repas trop gras et sucré du type hamburger/frites/ketchup/soda? Vous vous sentez lourd, avec une sensation de trop plein qui nécessite parfois d'aller s'allonger pour digérer. Je ne préconiserai jamais d'interdire tel ou tel aliment mais simplement d'en modérer la consommation: la nourriture trop grasse ou trop sucrée est à limiter. Idem pour la viande rouge qui a été déclarée cancérogène à forte dose par l'Organisation Mondiale de la Santé. Si vous en ressentez le besoin, faites-vous guider par un professionnel mais vous pouvez déjà commencer par écouter votre corps:
- après quel type de repas vous sentez vous le plus dynamique, plein d'énergie?
- une envie de sucré survient? Ne seriez-vous pas fatigué ou en manque de sommeil? La fatigue donne des envies de sucre (parce que qu'il donne à très court terme un coup de fouet).
Il faut comprendre les signes de son corps pour pouvoir lui répondre correctement. Peut-être qu'une confiserie vous donnera de l'énergie pendant quelques minutes mais l'origine du problème n'est pas là. Faites un test, réduisez le sucre (surtout le blanc, le plus raffiné) et le mauvais gras (moins de cuisine frite par exemple), listez vos sensations et faites un point au bout d'une semaine. Votre corps puis votre esprit vous en remercieront.

D'ailleurs en parlant de fatigue, où en êtes-vous au niveau du sommeil? Nous n'avons pas tous besoin,  du même nombre d'heures de sommeil pour être en forme mais nous avons tous un seuil minimal. Cela peut être 7h, 8h, 9h de sommeil, et peu importe le chiffre. L'important est d'avoir le compte d'heures nécessaires pour pouvoir être "vraiment là" pendant la journée. Le manque de sommeil donne des envies de sucre, nous l'avons précédemment mentionné. Mais ce n'est pas tout: il nous rend irritable, sur la défensive et nous démotive à effectuer des activités qui nous feraient du bien, comme le sport par exemple. 
En fait, le manque de sommeil nous fait entrer dans un cercle vicieux qui nous pousse à faire tout ce qui est mauvais pour nous. Le sommeil est donc primordial à la prévention et gestion des crises d'angoisse. Il n'est pas forcement évident de s'organiser surtout si on travaille de nuit ou en horaires matinales mais cet effort est incontournable, c'est même un pré-requis pour atteindre notre but. Rien de bon n'arrive lorsque nous sommes en manque de sommeil. Connaissez-vous le psychologue Maslow? Il a établit une pyramide des besoins et il n'est pas étonnant qu'il positionne le sommeil à la base de sa pyramide.
La première étape est donc de déterminer le nombre d'heures de  sommeil qui vous est nécessaire pour être en forme. Une fois fait, programmez une alerte le soir une demie-heure avant l'instant du coucher voulu. Par exemple, si vous vous levez à 7h et que vous avez besoin de 8h de sommeil, mettez un rappel pour 22h30 ce qui vous laissera trente minutes pour finaliser ce que vous étiez en train de faire et procéder au rituel du coucher (brossage de dents, pyjama, etc). Ainsi, vous pourrez vous coucher à une heure pas trop éloignée de votre heure cible et ressentirez de moins en moins la fatigue.

Que ce soit pour la nourriture, le sommeil ou autre nouvelle habitude, il faut se rappeler que le corps a besoin de trois semaines pour intégrer et faire siens ces changements. Tenez bon! Trois semaines, c'est long et court à la fois mais cela vous permettra de vivre une vie plus saine, vous vous sentirez mieux et...vous angoisserez moins!

Ici s'achève ma série de lettres sur le sujet de l'angoisse. J'espère que vous avez apprécié les lire autant que j'ai aimé les écrire. Et j'espère surtout qu'elles vous auront été utiles. Gardez en tête que le temps pris pour faire du sport, méditer, écrire ses gratitudes, ... n'est en aucun cas du temps perdu mais au contraire du temps bien investi.

Et vous, avez-vous des petites astuces pour vivre sereinement?

mardi 20 février 2018

Un petit peu de musique quand même !

Bonjour à tous,

Et non, je n'ai pas repris mes mauvaises habitudes de disparaître pendant des mois du blog, c'est juste que ce mois de février a été vraiment très intense tant d'un point de vue personnel que professionnel. Je commence à reprendre mon rythme normal donc je reviens! Et je reviens avec une lettre de la rubrique "TV" pour laquelle je n'avais pas écrit depuis longtemps.

Je vais vous parler d'une série que j'ai découvert sur Amazon vidéos (et oui, il n'y a pas que Netflix dans la vie!), j'y ai accès car j'ai un compte Prime chez eux (vu que je fais quasiment toutes mes courses sur Internet). Elle s'appelle "Mozart in the jungle" et raconte l'histoire de Hayley, une jeune hautboïste qui va découvrir le monde de l'orchestre philharmonique de New-York. Chef d'orchestre farfelu, travail acharné, soirée alcoolisées, récolte de fonds, plusieurs sujets sont traités et on y ajoute même quelques histoires d'amour. Et ce qui est d'autant plus génial, c'est que la série est inspirée des mémoires d'une véritable hautboïste  Blair Tindall, qui se raconte dans le livre  "Mozart in the Jungle: Sex, Drugs, and Classical Music".

Le format est court, une petite demi-heure, et ça peut être un peu frustrant, surtout qu'il n'y a que peu d'épisodes par saison. Mais ce que j'ai surtout aimé dans cette série, en plus des personnages complètement perchés, c'est qu'elle m'a fait changer. Et lorsque qu'une série nous fait évoluer, c'est qu'elle est tout de même puissante ! 



Pour ma part, à force d'entendre de la musique classique et les musiciens décrire l'effet que cette musique a sur eux, j'ai eu envie de tester. Un soir, je me suis donc surprise à faire la vaisselle (oh glamour!) en écoutant du Bach. Puis à prendre le métro avec Mozart. Et ainsi de suite.  Bien évidemment, j'écoute toujours ma playlist habituelle mais j'ai été curieuse, la série m'a donné envie d'aller plus loin que mes habitudes, et ça, c'est juste génial!

Et vous, avez-vous récemment vu une série/un film/un documentaire qui vous a fait changé?

mercredi 31 janvier 2018

Gâteau énergétique

Bonjour à tous!
 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas partagé une recette, alors j'y retourne! Je vous parle ce jour d'un gâteau à la banane revisité, avec l'ajout de dattes et de noix, pour faire le plein d'énergie!
 
Les ingrédients dont vous aurez besoin sont les suivants:
  • 170 grammes de farine;
  • 2 œufs;
  • 1 pincée de sel;
  • 2 bananes de taille moyenne bien mûres;
  • 1/2 sachet de levure chimique (5-6 grammes);
  • 15 grammes de miel;
  • 15 grammes de poudre d'amandes (facultatif);
  • Des dattes coupées en petits morceaux (selon l'envie);
  • Des noix concassées (selon l'envie).
 
La réalisation de la recette se fait en plusieurs étapes:
 
  1. Préchauffer votre four à 180°C.
  2. Écraser les bananes à l'aide d'une fourchette ;
  3. Y ajouter les jaunes d'oeufs que vous aurez préalablement séparé des blancs;
  4. Incorporer le miel puis la farine et enfin la levure;
  5. Bien mélanger;
  6. Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement au mélange précédent;
  7. Verser la poudre d'amandes (cet ingrédient est facultatif, je l'indique car je l'ai mis dans mon gâteau mais honnêtement il n'a rien apporté, je ne l'ai même pas senti) ;
  8. Enfin, ajouter les noix et les dattes;
  9. Verser la pâte obtenue dans un moule en silicone ou préalablement beurré et mettre au four pour 30 minutes.
Tadam! Un gâteau délicieux qui permet de faire le plein d'énergie ! Ça vous donne envie ?
 

Quelle est votre recette de pâtisserie du moment ?

vendredi 26 janvier 2018

Angoisse, moi jamais (5/6)

Bonjour à tous,

Je reviens pour le cinquième volet de ma technique de lutte contre les crises d'angoisse et de stress en allant à la source du problème.

Les crises d'angoisse peuvent provenir de multiples causes dont:
- des peurs (de mal faire, de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir faire face à un problème...);
- des frustrations;
- l'impression d'être surchargé.

Souvent, les "angoissés" ont tendance à se focaliser sur l'aspect négatif de leur vie alors même que, comme tout un chacun, leur journée est remplie d'éléments heureux. Ces moments sont parfois ignorés car considérés comme acquis. Il ne s'agit pas la de choses extraordinaires (gagner à Euromillions, etc) mais de petits faits qui peuvent changer notre vision de la journée en cours et, petit à petit, de notre vie si l'exercice est répété quotidiennement. Il peut s'agir de choses diverses et variées mais qui nous font du bien: un compliment sur une tenue, le fait de savourer un café chaud, un bisou de son enfant, une balade, le beau temps, une sortie au restaurant...bref, les possibilités sont infinies.

Chaque jour, il est important de lister au moins cinq éléments pour lesquels nous ressentons de la gratitude. Ainsi, en fin de journée: ainsi, au lieu de se centrer sur tout ce qui ne s'est pas déroulé comme voulu (remarque désagréable, problème de transports...) on se rend compte de toutes ces belles choses qui nous sont aussi arrivées et que nous avons l'habitude de faire passer au second plan.
 
Chaque petit bonheur doit prendre une place centrale dans notre vie et l'accumulation de ces derniers, la réalisation de leur existence nous fera les apprécier pleinement. Ils sont là, ils existent et ils ne faut pas attendre que certains disparaissent pour les regretter. Savourons tout, aussi et surtout ce qui nous semble évident, acquis mais qui ne l'est pas forcément.
 
En réalisant l'existence de ces petits bonheurs, nous apprenons à les valoriser, nous devenons de plus en plus positifs et souvent, notre comportement étant auto-réalisateur, cela nous apporte encore plus de belles choses à venir.
 
Je m'explique sur le terme "auto-réalisateur" à l'aide d'un exemple. Imaginons qu'un de vos collègue à l'habitude en allant se chercher son café le matin de vous demander ce que vous voulez pour vous éviter de vous déplacer. Pour vous, c'est normal, peut-être que parfois, vous ne relevez pas cet effort car cela a toujours été comme ça. Si en fin de journée, faisant défiler les événements du jour, vous vous dîtes: "je suis reconnaissant d'avoir un collègue qui m'apporte mon café", le lendemain, vous serez plus réceptif à cette démarche et vous en ferez part à cette personne.  Cela a plusieurs conséquences, sur lui et sur vous:
 
- pour lui: son action a été valorisée et peut être que cela lui permettra de passer une meilleure journée car au milieu d'un cadre routinier, cette remarque aura été sa petite note positive;
- pour vous: le fait d'envoyer un message de reconnaissance vous rendra à vos yeux et aux yeux des autres, plus positif, plus souriant. Et lorsqu'on rayonne, on attire de l'énergie positive (les gens sont plus enclins à venir parler, confier une responsabilité, vouloir organiser une sortie avec quelqu'un qui respire la joie de vivre plutôt qu'avec une personne qui fait toujours la tête!).
 
Petit bonheur du jour: avoir pu observer ce petit oiseau: le voyez-vous?
 
En gros, en faisant cela on lance un cercle vertueux qui fait que chacun se sente mieux et donc...moins angoissé. Alors, à vos carnets, 1,2,3...écrivez!
 
Quels sont vos petits bonheurs du jour?